A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

Coup de coeur des équipes de Bournezeau, Chantonay, Saint Prouant, Sainte Cécile, Rochetrejoux !

Nous suivons le parcours et la rébellion contre l'éducation musulmane sunnite qui a été imposée à Rana en Arabie Saoudite. Contrainte de porter le Hijab à 9 ans et le Niqab et l'Abaya noire à 13 ans. De l'insouciance de ses 10 ans et la liberté d'être une fillette adorée par son père, elle voit sa vie se composer en bonne musulmane aimée d'Allah et ne rien faire que se marier avec un homme choisi par ses parents, faire la cuisine, le ménage et les cinq prières journalières. L'obscurantisme qui règne en Arabie Saoudite puis en Syrie dans les années 2000 la plonge dans un profond doute et la pousse à perdre la foi jusqu'à devenir athée. Alors, elle découvre le monde par le biais d'Internet puis des livres et de la science. Menacée par ses pairs en raison de son engagement pour les droits de l'homme et surtout de la femme, elle se résout à quitter son pays, sa famille et surtout son père qui l'a toujours choyé, pour l'Allemagne.

"Un témoignage fort, sur le destin tragique de ces femmes qui oeuvrent dans l'ombre pour avoir un peu de liberté et sur la condition féminine bafouée dans certains pays."

Auteur(s) Ahmad, Rana (1985-...) (Auteur) ; Mannoni, Olivier (1960-...) (Traducteur)

Titre(s) Ici, les femmes ne rêvent pas [Texte imprimé] : récit d'une évasion / Rana Ahmad ; traduit de l'allemand par Olivier Mannoni.

Editeur(s) 53-Mayenne Impr. Floch).

Résumé Rana, dix ans, fonce sur son vélo flambant neuf. Heureuse, insouciante, choyée par son père, un vent de liberté lui caresse le visage. Quinze jours plus tard, c’est terminé. Son vélo est donné à l’un de ses oncles. Encore quelques mois et elle devra, pour être une bonne musulmane aimée d’Allah, porter l’abaya noire sur son corps, le niqab sur son visage et le tarha sur sa tête et ses épaules. Ensuite, ses parents lui trouveront un mari et elle sera condamnée à ne plus rien faire que la cuisine, le ménage et ses cinq prières par jour. C’est la loi. Il ne reste à Rana que ses yeux pour pleurer et contempler son monde : L’Arabie saoudite des années 2000. Mais sur ce monde, elle porte un regard impitoyable. La frustration sexuelle fabrique des obsédés et des hypocrites. L’obsession et l’hypocrisie transforment les hommes en ennemis de leurs propres sœurs, filles ou épouses. Les agressions et les violences quotidiennes donnent aux femmes l’envie de fuir. Très peu réalisent ce rêve fou. Rana sera l’une d’elles. Elle n’a jamais oublié le vent de liberté de ses dix ans, elle est prête à tout pour le retrouver et en jouir, et, cette fois, en adulte..

Traduit de : Frauen dürfen hier nicht träumen.

Sujet(s) Femmes ** Arabie saoudite ** Conditions sociales ** 1970-... ** Récits personnels

Indice(s) 305.420 9538 920